Trois questions au professeur Michel Terré, directeur de l'EiCnam

Michel Terré

Quelles sont les spécificités des diplômes d’ingénieur·e du Cnam?
Les ingénieur·e·s doivent être capables de relever les défis de demain. C’est pourquoi plusieurs de nos diplômes intègrent par exemple une dimension environnementale. C’est le cas en particulier, de la spécialité construction et aménagement qui propose trois nouveaux cursus autour de la construction durable, du développement durable et de l’énergie.
C’est également le cas de la spécialité mécanique qui s’intéresse aux problématiques de logistique et d’éco-conception. Nos diplômes prennent également en compte d’autres enjeux comme l'augmentation de la population mondiale ou la digitalisation de notre société.


Quels sont les nouveaux diplômes proposés cette année ?
Cette année est très importante pour notre école car nous présentons à la Commission des titres d’ingénieur·e (CTI) une réorganisation globale de notre offre, pour assurer notamment une meilleure visibilité de nos spécialités. La réorganisation du Cnam en EPN ( équipe pédagogique nationale) correspondant à des domaines de métiers, et non plus à des disciplines, montre notre souci constant de garder cette exigence au coeur de nos formations.

Dans le cadre de la formation continue, comment rendre possible des études longues et denses d’ingénieur·e avec les aléas de la vie courante?
Le système des unités capitalisables est un vrai plus pour la formation tout au long de la vie. À n’importe quel âge, en fonction de votre expérience professionnelle, vous pouvez vous inscrire à des cours et en valider l’acquis quand vous le souhaitez. Inscrit dans une dynamique que l’élève maîtrise et définit lui-même, il·elle est diplômé·e quand il·elle a validé les unités d’enseignement nécessaires à l’obtention de son diplôme. De même, nous avons travaillé à rendre notre offre déployable sur tout le territoire, à travers nos centres en région. Ainsi, quelles que soient les contraintes en mobilité de nos élèves, ils·elles trouveront toujours un centre de formation à proximité qui leur permettra de poursuivre leur cursus, sans oublier les multiples enseignements disponibles via Internet. À travers ces deux spécificités du Cnam, c’est ainsi la formation professionnelle qui s’adapte à la vie d’élèves déjà installés dans la vie active, avec les aléas que cela comporte, et non l’inverse.

En savoir plusune école en plein renouveau